Maladies populaires modernes ,la conséquence du rétrécissement des capillaires

Dans le précédent billet ,il était expliqué que le manque d'oxygène et l'hyperacidité représentent une charge énorme pour l'organisme et qu'ainsi ce cercle vicieux décide ensuite de la maladie ou de la santé.

 

Si ce cercle vicieux atteint des organes vitaux, ce qui est souvent le cas, on assiste au développement des maladies populaires modernes. Elles sont également appelées maladies de civilisation en raison de leurs origines situées dans notre mode de vie.

 

Parmi eux, on compte :

- l'infarctus et l'attaque cérébrale

- les inflammations chroniques et les cancers

- l'hypertension et l'artériosclérose

- les allergies et la dermatite atopique 

 

Il s'agit ici de maladies chroniques, c'est à dire de maladies de longue durée et difficiles à soigner.

Mais le plus important est que :

 

Les maladies de civilisations sont aujourd'hui la cause de décès n° 1

 

Les maladies vasculaires comme l'infarctus et l'attaque cérébrale représentent environ la moitié des cas de décès en Allemagne.Un autre quart est attribué au cancers.

 

La mèdecine moderne rencontre ici ses limites.La raison est qu'elle ne combat pas les origines mais les symptômes. Si toutefois rien ne change au niveau des origines (mode de vie /rétrécissement des capillaires), les symptômes ne cessent de réapparaître.Nous restons ainsi dépendants des mèdecins, des pilules et de l'industrie.Ceci signifie que :

 

Jusqu'à présent ,la mèdecine n'a pratiquement trouvé aucune solution contre les maladies populaires modernes.

 

(extrait du livret "La vertu curative de l'Aloevera" de Michael Peuser )

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0